Voltaire: “Dieu que je t’aime…moi non plus.”

 

Article in French in memory of the victims of the terrorist attack in Nice, France

Article en Français à la mémoire des victimes de l’attentat de Nice, France

(English version: see previous post)
 
 
 
Un des défis philosophiques actuels le plus important est celui de l’intolérance, et, en particulier, l’intolérance religieuse.
 
Une possible explication, parmis d’autres, de la réaction aussi violente des croyants lorsque leurs croyances sont remises en question, est celui de la dissonance cognitive, théorie proposée par Leon Festinger.
 
 
La dissonance cognitive est un conflit profond prenant place dans le cerveau suite à un conflit d’’idees ou de croyances contradictoires et/ou incompatibles. Ce conflit intérieur aboutit à un comportement incohérent et parfois violent de l’individu.
 
Nous avons tous eu des idées ou des ressentiments contradictoires, tellement enracinées dans notre esprit, nous empêchant d’agir normalement. N’avez-vous pas, un jour, eu le sentiment de dire ou de penser quelque chose et de ne pas avoir le courage de dire que vous vous étiez trompés. Moi oui…
 
La manifestation la plus extrême de la dissonance cognitive est celle des fanatiques religieux qui, au nom de leur Dieu, sont prêts à sacrifier leurs vies pour obtenir, selon eux, une rédemption et une place au Paradis. Leur conviction religieuse est tellement profonde, qu’ils n’acceptent aucune discussion à ce sujet et aucune remise en cause de leurs croyances. Ils se sentent obligés, par ailleurs, d’éliminer physiquement toute personne dissidente, même au sein de leur religion. De nos jours, ce mal se situe majoritairement dans la religion islamique. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas si longtemps, de pareilles atrocités ont eu lieu au nom de la foi chrétienne.
 
Je respecte profondément tous les croyants, du moment que leurs croyances restent strictement un point de vue personnel et privé. Ils ne doivent pas me dire comment je dois mener ma vie et doivent également respecter mon désaccord avec leurs croyances. En 1763, Voltaire a publié son « Traité sur l’Intolérance », suite au proces de Jean Callas. Celui-ci a été injustement condamné d’avoir tué son fils pour l’empêcher de rejoindre l’Eglise. Même de nos jours, les dissidents religieux sont persécutés. Ainsi, Ayaan Hirsi Ali, l’ancienne parlementaire néerlandaise, a été obligée de fuir pour pouvoir exprimer de manière libre ces points de vue, sans être menacée d’assassinat (son ami Theo van Gogh, lui, n’a pas eu cette chance).
 

 

Bien que les Pays-Bas soient un pays plus tolérant que la moyenne, il me semble que cette vertu diminue avec le temps. Non seulement intolérance religieuse, mais aussi intolérance dans la vie quotidienne. Regardez autour de vous.
 
 
voltaire-1
“Les Amis de Voltaire” – SG Tallentyre, 1906

 Je peux être en désaccord avec ton opinion, mais je donnerai ma vie pour te donner le droit de l’exprimer.

(Visited 35 times, 1 visits today)